Bienvenue

Le parc de la Lékédi est un site exceptionnel de 14000 hectares où la flore et la faune semblent s’être donné rendez-vous pour le plus grand plaisir des visiteurs. Le parc se partage entre savane et forêt où s’ébattent des primates (chimpanzés, gorilles, mandrills, cercopithèques, …) et des hôtes très divers comme les potamochères, guibs harnachés, buffles des forêts, sitatungas, panthères … Une foule de petits animaux plus discrets (écureuils, loutres, mangoustes, porcs-épics, civettes d’Afrique, reptiles, crocodiles nains, tortues, varans, …) complètent ce tableau qui s’enrichit en outre d’une centaine d’espèces d’oiseaux.

Un peu d'histoire :

Depuis 1960, COMILOG exploite la mine de Manganèse à Moanda. Auparavant le manganèse était transporté vers  M’binda au Congo à l’aide d’un téléphérique de 76 km de long.

La ville de Bakoumba, située à mi-chemin entre Moanda et Mbinda était chargée de l’entretien du téléphérique. COMILOG a cessé d’utiliser  ce moyen de transport en 1986 quand la voie de chemin de fer “le Transgabonais” a été achevé. COMILOG décida alors de reconvertir une partie des installations et du personnel pour créer un Parc Naturel. Les travaux titanesques ont débutés en 1990 et ce sont achevés 4 ans plus tard créant le Parc de la Lékédi.

L’objectif initial du Parc était l’élevage d’animaux locaux et importés (buffles, Potamochères, Impalas), mais la S.O.D.E.P.A.L. a développé d’autres activités comme la pisciculture de Tilapia. Elle est devenue le plus gros producteur de poissons du Gabon.

Aujourd’hui l’objectif principal du Parc de la Lékédi est la préservation de la Biodiversité. Le parc abrite un centre de réhabilitation pour primates. Les chimpanzés, gorilles, cercopithèques orphelins sont secourus à travers tout le Gabon et réintroduits dans leur milieu naturel. Deux groupes de Mandrills provenant du Centre de Primatologie de Franceville ont été relâchés et sont suivis quotidiennement par une équipe de chercheurs internationale.

Un objectif très important du Parc est la sensibilisation pour la protection de l’environnement via l’écotourisme.

Des étudiants en environnement ou en sciences sont aussi accueillis pour des stages ou des formations.