Bakoumba

Bakoumba et la Société d'Exploitation du Parc de la Lékédi ont une histoire.  Celle d'une reconversion vers l'environnement et le tourisme.

Au commencement était le manganèse...

Depuis les années 60, la Compagnie Minière de l'Ogooué (COMILOG) exploite la mine de manganèse de Moanda, une ville de 20 000 habitants située dans la province du Haut-Ogooué, au sud-est du Gabon. Les millions de tonnes de minerai extraits chaque année étaient acheminés jusqu'au Congo via un téléphérique monocâble. Ce téléphérique était le plus long du monde (76 km) et traversait une forêt épaisse pour parvenir à M'binda, point d'arrivée congolais. Le manganèse était alors transporté par voie ferroviaire jusqu'au port de Pointe-Noire et transféré dans les imposants minéraliers chargés de le transporter en divers points du globe.

A mi-chemin entre Moanda et M'binda se trouve la petite ville de Bakoumba (2 500 habitants), une cité COMILOG chargée d'assurer la maintenance du téléphérique. Sa position intermédiaire permettait aux équipes d'entretien d'intervenir rapidement dans les secteurs Nord ou Sud. Bakoumba était ainsi un passage obligé, un site stratégique chargé de veiller à l'acheminement du manganèse par les innombrables bennes qui défilaient chaque jour jusqu'à 50 mètres de hauteur et contenant chacune une tonne de minerai.

Le téléphérique monocâble jusqu'en Novembre 1991.

L'arrêt du téléphérique

En 1986, l'achèvement du réseau ferroviaire Transgabonais offrit à COMILOG un accès direct à la mer par Libreville, rendant alors inutile l'acheminement du minerai jusqu'à Pointe-Noire. Le téléphérique n'ayant plus lieu d'être, l'activité économique et sociale assurée par la présence de COMILOG menaça de disparaître avec les installations et le personnel désormais sans emploi.

Conscient du dilemme que représentait la cessation de son activité à Bakoumba, COMILOG entreprit de proposer une reconversion d'une partie du personnel en place ainsi que des installations en créant un parc animalier à vocation d'élevage. Il s'agissait d'un moyen de conserver une activité locale, d'assurer la pérennité du tissu social et de valoriser des méthodes visant à une amélioration de l'autonomie alimentaire de la zone. Le parc de la Lékédi, couvrant 14 000 ha aujourd'hui, a été construit grâce à des fonds COMILOG et est administré par la SODEPAL.

La SODEPAL a pour objectif de trouver dans ses propres productions et prestations les moyens nécessaires pour maintenir une activité économique dans sa région